Faune

La faune de Belledonne et Chamrousse

Outre la faune classique des Alpes (marmotte, chamois, bouquetin, lagopède...), le loup est aussi présent depuis quelques années, principalement dans le massif d'Allevard entre l'Isère et la Savoie. Mais il n’a pas encore été observé sur la commune de Chamrousse.
Le bouquetin avait totalement disparu de Belledonne. Une vingtaine d'individus d'origine suisse (13 femelles et 7 mâles) a été réintroduit au printemps 1983 au-dessus du Barrage de Grand'Maison dans la combe de l'Âne. Au printemps 2002, la population s'élevait à 900 têtes réparties sur l'ensemble du massif.
L'ours était aussi présent dans le massif. Mais chassé, il en disparut complètement dans les années 1920.

La faune qui peut croiser votre chemin à Chamrousse…


Amphibiens

Dans les milieux humides de Chamrousse (lac Achard, tourbière de l’Arselle, lacs Robert, etc.), il est possible de croiser différentes espèces d’amphibiens :

- Triton palmé est, sur Chamrousse, dans sa limite haute de répartition connue en Isère puisque le record est actuellement à 1 650 m au Recoin de Chamrousse. Assez ubiquiste, on le rencontre dans des milieux divers. Il partage souvent son habitat avec le triton alpestre. Ces deux tritons souffrent de la disparition des zones humides. La préservation de leurs habitats de reproduction (tranchées de tourbières, petits lacs, cours d'eau ombragés et frais) est importante pour le maintien des populations.

- La Grenouille rousse est une espèce ubiquiste qu'on retrouve dans des habitats hétéroclites (forêts, bocages, chemins). En altitude, elle fréquente surtout les points d'eau peu végétalisés ou les tourbières. Elle évite les zones où il y a trop d’eau. En Rhône-Alpes, l'espèce est présente dans la quasi totalité des massifs montagneux jusqu'à plus de 2 500 m d'altitude (record en Savoie à 2 905 m). La grenouille rousse souffre de la disparition de ses habitats.

- Il est aussi possible d’entendre ou de voir un Crapaud commun.

Pour rappel, toutes ces espèces sont protégées, il est donc interdit de les prélever.
 

Oiseaux

Il existe une grande variété d’oiseaux à Chamrousse : 59 espèces dont 51 protégées ! Les plus connues sont le merle à plastron, la fauvette babillarde, le cassenoix moucheté.

Sans oublier le Tétras lyre, l’oiseau emblématique de Chamrousse et Belledonne !
Cet oiseau discret, occupe l’étage subalpin, entre 1 400 et 2 300 m. Il fréquente des milieux de transition semi-ouverts où s’imbriquent en mosaïque pelouses, landes, fourrés et boisements clairs. Ses exigences vis-à-vis de l’habitat sont particulièrement marquées en hiver et pendant la période d’élevage des jeunes. Les nichées recherchent des milieux riches en insectes : pelouses à laîche toujours verte (Carex sempervirens), prairies à dactyle (Dactylis glomerata) et à fétuque rouge (Festuca rubra), prairies à géranium (Geranium silvaticum), landes à éricacées entrecoupées de touffes de graminées et de bouquets d’aulnes (Alnus viridis), sous-bois de graminées et/ou de myrtilles.
En hiver, le tétras-lyre limite au maximum ses déplacements, en sélectionnant des milieux satisfaisant à la fois ses exigences de protection et ses besoins alimentaires : boisements clairs de mélèzes, de bouleaux ou de diverses essences de pins (pin à crochets ou cembro), le plus souvent exposés au nord (neige poudreuse).

Mais il est aussi possible d’apercevoir : Accenteur mouchet, Aigle royale, Bec-croisé des sapins, Chocard à bec jaune, Chouette hulotte et de Tengmalm, Coucou gris, Epervier d’Europe, Faucon crécerelle et pèlerin, Grimpereau des bois, Hirondelles sp., Lagopède alpin, Pic noir, Pie-grièche écorcheur, Traquet motteux, pour n’en citer que quelques-uns.

La meilleure période pour les observer est en mai/juin. Les chants d’oiseaux deviennent rares ou absents en été, selon les conditions météorologiques.
A l’Arselle, une cinquantaine d’espèces vivent en bordure et on retrouve la plupart au lac Achard, comme les cingles plongeurs et les traquets.
 

Mammifères

Au détour d’un sentier, caché derrière un arbre ou dans un buisson, vous pourrez aussi apercevoir des animaux à poils de plus ou moins grande taille !
Lièvres brun, Lièvre variable, Ecureuil roux, Hermine, Chamois, Chevreuil, Renard roux, Sanglier, ainsi que quelques marmottes peuvent êtres présents sur la commune.
 

Chauve-souris ou en terme scientifique, les chiroptères

Au total, 27 espèces de chauve-souris sont recensées en Isère.
Ces dernières années, 8 espèces ont été observées et/ou entendus sur la commune, et plus particulièrement sur l’Arselle, au lac Achard et aux lacs Roberts.
Parmi les espèces identifiées, plusieurs sont assez communes, comme la Pipistrelle commune et le Molosse de Cestoni.
D'autres sont menacées et sont plus rares dans la région ou le département. La sérotine bicolore figurent par exemple dans la catégorie des espèces en grave danger de la liste rouge de la région Rhône-Alpes. Le murin de Brandt est en grave danger en Isère, le minioptère de Schreibers et le petit/grand murin sont en danger d'après la liste rouge iséroise. La présence de ces espèces rares sur ces sites témoignent de la qualité des habitats naturels.

Il est possible d’assister à leur ballet aérien d’avril à octobre, en début de soirée et jusque tard dans la nuit, selon les conditions météorologiques.
 

Libellules et demoiselles, autrement nommées les Odonates

Dix espèces ont été observées en 2016 :
- pour les anisoptères : l'æschne bleue, l'æschne des joncs, la chlorocordulie arctique, la leucorrhine douteuse, la libellule à quatre taches, la libellule déprimée, le sympétrum jaune
- pour les zygoptères : l'agrion jouvencelle, le leste dryade, la nymphe au corps de feu.
Imprimer